L'accident vasculaire cérébral touche chaque année 140.000 personnes en France, soit 1 personne toutes les 4 minutes. C'est la première cause de handicap acquis de l’adulte, la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer et la troisième cause de mortalité en France.

Un AVC (accident vasculaire cérébral) est la conséquence de l’obstruction ou de la rupture d’un vaisseau transportant le sang dans le cerveau. Les maladies des artères, du cœur, ou de la coagulation sanguine peuvent être à l’origine des AVC. Les séquelles de l’AVC dépendent de la partie du cerveau qui a subi des dommages et de l’étendue de ceux-ci. Mieux connaître le fonctionnement du cerveau vous permet de mieux comprendre votre AVC. De plus de nombreux facteurs de risque augmentent le taux d'apparition d'un AVC comme la sédentarité, une alimentation inappropriée, le tabac, le surpoid, l’excès de cholestérol, le diabète, l’excès d’alcool, l'hypertension artérielle, la sédentarité, le stress....

Les différents types d'AVC

L'AVC ischémique

Il résulte de l'occlusion d'un vaisseau sanguin dû à l'apparition d'un caillot bouchant le passage du sang dans le cerveau.

L'AVC hémorragique

Un AVC hémorragique est causé par un saignement dans le cerveau consécutif à la rupture d'un vaisseau sanguin. au fil des années , L’hypertension artérielle fragilise les artères . Il s’agit d’une cause fréquente d’AVC hémorragique.

L'Accident ischémique transitoire (AIT)

Il résulte de l'obstruction temporaire d'une artère par un petit caillot. Ses symptômes durent généralement moins d’une heure et, parfois, quelques minutes seulement. Aussi appelé « mini-AVC », l’AIT est un avertissement sérieux : il peut-être annonciateur d'un AVC plus grave est imminent. L’AIT est une urgence médicale, il est responsable d'un déficit neurologique transitoire.

L’AVC chez les femmes

L’AVC touche les femmes différemment des hommes, elles sont plus à risque d’en subir à certains moments de leur vie. les hormones, la ménopause , ou encore la grossesse sont autant de facteurs propres aux femmes qui augmentent le risque d’être concerné par un accident vasculaire cérébral.

Quelles sont les séquelles ?

Les séquelles de l’AVC varient d’une personne à l’autre. La gravité dépend de facteurs comme le type d’AVC et l’hémisphère du cerveau dans lequel l’AVC s’est produit. En moyenne 20% des personnes ayant été victimes d’un AVC vont décéder l'année suivante. Parmi ces survivants, environ 60% se remettent de leur accident correctement alors que 40% conserveront des séquelles importantes, visibles ou non: trouble de la concentration, hémiplégie (paralysie de la moitié du corps), fatigue, troubles de la parole, troubles sensitifs, négligence d’un côté de l’espace environnant, anxiété... Selon l'âge et l'état général du patient, il peut réussir à retrouver certaines fonctions avec l'aide des séances de rééducation.

Un AVC est une urgence médicale, il faut agir au plus vite car les minutes sont comptées. Le cerveau perd environ 2 millions de neurones chaque minute lorsqu’il est privé d’oxygène car les cellules nerveuses ne peuvent pas se renouveler, ni se multiplier. Si les signes avant coureur d’un AVC se manifestent, il faut appeler immédiatement le 15 ou le 112 (numéro d’urgence européen). Mieux vaut appeler à tort que trop tard.



A propos de l'auteur


Scroll to Top